vendredi, mars 16, 2007

film "dernières vacances"

FILMS et TELEFILMS tournés à SOMMIERES :

1947dernières vacances:

Dans une précédente nouvelle j'évoquais le premier film tourné à Sommières ou plus extactement à Villevieille (au pigeonnier du château de Pondres) pendant l'été 47 avec Odile Versoix, Pierre Dux et Michel François.

Roger Leenhardt réalisait là son premier long métrage, et tout de suite après la guerre ce film et son sujet donnait une nouvelle conception du septième art.

Sans raconter le film qui du reste a dernièrement été diffusé sur France 3, l'histoire se passe au château de Pondres et principalement dans son pigeonnier.. Je me souviens qu'à l'époque, avant le tournage des scènes d'extérieur, le preneur de son faisait tirer quelques coups de fusils dans les arbres du parc afin de faire cesser....le chant des cigales qui perturbait l'enregistrement des dialogues.

Si à l'heure actuelle le château est en voie de réparation par contre, le pigeonnier lui est depuis longtemps en ruine.

film "DERNIERES VACANCES"

photo du château réalisée en 1947 par le photographe du "plateau"
le "pigeonnier" du château .... à l'heure actuelle : une ruine
Posted by Picasa

Sommières : film Jean de Florette

place de la halle : les figurants attendent........
en voiture pour le marché .....
Yves Montand et le producteur Claude Berri
Daniel Auteuil (Galinette) et Yves Montand (le papet)
Posted by Picasa

films tournés à Sommières

FILMS et TELEFILMS tournés à Sommières et Villevieille


1985: Jean de Florette et Manon des sources.


C'est d'abord le « tournage » le plus récent et le plus important car cette super réalisation de RENN Productions s'inspire de l'oeuvre de Marcel Pagnol « l'eau des collines ».

Le« tournage », c'est beaucoup dire....puisque à l'écran on verra notre place du marché à peine deux petites minutes sur chaque film !

Par contre, la production au grand complet a investi notre cité une bonne partie de l'été. Préparation des décors: suppression des cables électriques et enseignes publicitaires, réfection à l'ancienne du sol des places J.Jaurès et D.Dax (terre battue), acheminement du matériel (vieilles charettes et étalages), embauche et préparation des costumes de la centaine de figurants ....puis l'installation des éclairages et circuits d'enregistrement . C'est après tous ces préparatifs que les prises de vues purent avoir lieu au cours de la dernière semaine.

Du coup, beaucoup de monde dans Sommières pour voir et approcher les Montand, Auteuil ou Depardieu.

Ayant procuré longtemps à l'avance afin de montrer des modèles au producteur, une série d'anciennes cartes postales du marché, monsieur Grunstein ( le responsable) me donna l'autorisation de circuler à l'intérieur du périmètre de tournage et de faire les photos des décors et des figurants (pour la plus part des sommièrois). C'est pour cette raison qu'au fil des jours j'ai eu l'occasion de côtoyer toute l'équipe du plateau : Claude Berri le producteur, Bruno Nuytten ainsi que les acteurs Auteuil, Montand, Depardieu etc

Un jour, alors que tout était prêt pour la prise de vue, les figurants en place, le « perchiste » à son poste,B.Nuytten à sa camera ...voilà qu'Yves Montand se pointe en retard, salue C.Berri et se dirige droit vers moi , me tend la main en me disant « comment allez -vous »?puis se précipite à sa place.

Toujours est-il que cette poignée de main n'échappa à personne et beaucoup de gens par la suite me posèrent cette question : alors comme çà vous connaissiez Montand ?

Je pense qu'il m'avait pris....pour quelqu'un d'autre,car auparavant, je ne l'avais vu qu'en photo!


J'ai été invité à la présentation (en avant première) du film Jean de Florette au cinéma « Le Venise » et je crois bien que c'est la dernière fois que j'ai mis les pieds dans cette salle .



Quant aux téléfilms, il y a eu à Sommières en 1964 je crois : Mon Royaume pour un lapin ; il y avait comme acteurs –si mes souvenirs sont exacts-- Pascale Robert, Paul Prêboit et le chanteur René Louis Laforgue. Là encore pas mal de sommièrois furent embauchés comme figurants....

Au début de années 80, à Villevieille cette fois , c'est une autre téléfilm qui eut pour cadre le Château : L'hiver d'un gentilhomme. Mais de cette réalisation je n'ai pas grand souvenir et pas de photo!

Le château de Villevieille

où a été tourné le téléfilm "l'hiver d'un gentilhomme"
Posted by Picasa

"Bouclage" à Sommières

une vieille rue .....lugubre
Posted by Picasa

premier téléfilm

FILMS et TELEFILMS tournés à Sommieres et Villevieille


1967: BOUCLAGE .


S'il est un film ou plus exactement un téléfilm qui a fait couler beaucoup d'encre, parler et fait « connaitre » Sommières, c'est bien celui là!

A l'heure actuelle on pourrait même dire quelle publicité mais à l'époque c'était quel SCANDALE !


A l'origine ce film d'Alain Boudet réalisé pour l'ORTF ne devait pas faire état du lieu où il avait été tourné ( et pour cause), mais devant l'insistance de certains sommièrois et du syndicat d'initiative en particulier, le réalisateur accepta d'inscrire notre cité dans le générique.


Au lendemain de sa diffusion sur l'unique chaine de télévision :

Quelle honte! Quel NAVET et quelle lever de boucliers.

Toute la presse régionale, des centaines de lettres de protestations à la mairie, tout le monde s'élève contre cette abominable histoire.

Ce qui devait être un film à la gloire de notre ville est un véritable cauchemar.

A voir ce film on a l'impession qu'à Sommières il n'y a que des gens « tarés » des chiens errants, affamés, des chats « rougnous » et surtout des maisons délabrées et des rues lugubres dont on ne trouve pas la sortie .


Le résultat de cette diffusion ne se fit pas attendre, dans les jours et surtout les dimanches qui suivirent, une multitude de « badauds » vinrent voir la « tronche » des sommièrois et certains furent même surpris de constater que nous n'étions pas tous « gagas ni débiles »! Un jour, alors que le garde s'apprêtait à verbaliser un représentant de commerce vraiment mal garé, ce dernier, un marseillais il est vrai, lui dit : pardonnez -moi mais j'ai vu le film à la télé, j'ai peur et je ne sais pas par où sortir....

Pourtant, malgré toutes ces protestations une seule personne de la mairie semblait satisfaite du résultat et il ne se cachait pas de dire: le film est horrible mais c'est excellent pour notre publicité, l'essentiel c'est que l'on parle de nous en bien ou en mal on s'en fou....

A l'époque, je me souviens ces propos de M..N... m'avaient choqués mais aujoud'hui je suis obligé de constater qu'il avait raison. Pour être « célèbre » pour que l'on parle de vous il faut être impliqué dans quelques affaires sordides, scandales, mises en examens ou propos racistes .

C'est pourquoi, si l'on ne parle plus du film, on parle encore de Sommières!